C’est pas tout rose, et c’est pas grave.

Salut salut,

Alors voila un moment que je n’ai pas écrit, tout simplement car je n’ai pas de nouvelles à annoncer.

Quand on parle de sa vie sur internet, sachant que n’importe qui puisse nous lire, nos proches comme des étrangers, on a souvent envie de donner une image un peu parfaite et idéale de soi. Mais étant donné que mon blog est sensé être basé sur mon experience en temps qu’étudiante étrangère, je me suis dit qu’il était temps que je sois sincère avec vous, et avec moi même. Voilà donc un message à Faty de 2013 et à ceux qui s’y reconnaitront.

Je l’ai déjà dit, et je le redit encore: prendre la décision de traverser l’Océan Atlantique pour ce retrouver sans amis, sans famille, et sans argent, n’est pas une chose à prendre à la légère. C’est une aventure, très enrichissante, et justement non pas car tout est tout beau tout rose, mais parce que on apprend beaucoup sur soi-même et sur le monde lorsqu’on est confronté à des épreuves que jamais on ne pensait traverser.

Je ne sais pas ci c’est juste moi et le fait que j’aie ma lune en bélier, mais quand je suis confrontée à une situations difficile (comme le fait de risquer me retrouver à la rue, ou ne pas avoir assez pour manger) mon premier réflexe est d’essayer de régler la situation toute seule, parce que tout le monde est loin et je ne veux pas les inquiéter. « et de toute façon, qu’est ce qu’ils pourraient faire avec cette distance? »

Ce sentiment de ne pas vouloir parler de ce qui ne va pas n’est pas sain. Flashnews: shit happens. Et des fois on a besoin de râler, de pleurer, de crier, ou de demander de l’aide, et c’est normale. À vouloir trop bien paraître, on fini par ne plus être nous-meme et on risque de tomber dans un cercle vicieux de désespoir, et c’est pas beau à voir.

 

C’est peut être difficile de se sentir vulnerable mais allez-y, appelez vos proches, dites leur quand ca ne va pas, n’attendez pas que ça ailles mieux. J’aurais personnellement aimé avoir entendu ça plutôt.

M’enfin il faut que j’ajoute que je reçois souvent des messages d’encouragement et de soutient et sincèrement je ne peux pas expliquer à quel point ça me touche. Sans eux, je ne suis pas sure que j’aurais tenu. Vraiment, sans soutient, je ne suis pas sure que j’aurais accompli le quart de ce que j’ai fait. Que ce soit de voir le sourire de ma mere sur FaceTime, les images et les liens stupides que mon frere m’envoie, les emails remplis d’attention de ma mentor, les photos de mes neveux et du bon vieux temps, ou les messages (ou les tweets) des mes proches, chaque mot me rempli de bonheur. Mais bref je m’égare, tout ça pour dire que je suis éternellement reconnaissante pour ceux qui me soutiennent depuis tout ce temps, histoire de finir sur une note positive.

 

Avec amour,

Faty

.200

Laisser un commentaire