Emigration Temporaire, ou Exil?

Salut les humains!

Je sais, ça fait un bail. Et bien, me revoilà, et non pas pour une mise à jour sur mes faits et gestes.

Bref, cela fait un moment que ce sujet me titille, mais ayant un peu peur des reactions qu’il enchainerai, je ne me suis jamais décidée à écrire dessus. Mais je viens de finir d’écrire une dissertation et je suis en mode machine à écrire, alors allons y!

Pour commencer, une autre raison pour laquelle je ne voulais pas l’écrire cet article, c’est que je ne voulais pas l’écrire triste, vu que ça se refléterait dans mes écrits, et j’ai une reput’ à tenir tout de meme.

Mais commençons. Le mal du pays, parlons en. Je parle ici de la MALADIE du pays, du genre gastro-dupays, pas juste avoir envie de brie et de baguette non.

Etre loin de la maison, c’est pas facile. C’est pas facile de se preparer à partir, mais partir en soi, c’est vraiment pas facile. C’est vrai, que ce passe t’il une fois qu’on est vraiment parti?

Je pensais que j’allais être libre et indépendanteJ’étais loin de me douter que ma santé mentale allait en prendre un coup.

Tout d’abord, la santé mentale est un sujet tabou, particulièrement quand on est une femme noire. C’est pas normal d’être mentalement instable, c’est une truc de blancs ça. Deuxièmement, et c’est un peu le sujet ici, à qui est ce que tu es sensé en parler? Tu ne veux pas dire à ta mère que tu pleures sans arrêt, car elle est deja en stress que tu sois de l’autre cote de l’Atlantique. Tu ne veux pas en parler à tes potes car tu veux rester ze cool kid qui est parti faire sa vie aux states. Et tu ne veux surtout pas en parler aux peu d’amis que tu t’es fait, parce que, bah tu les connais à peine. Mais l’isolement est un poison.

Tu ne peux pas avoir tes proches se faire du soucis pour toi (que pourraient-ils faire de toutes façons?) car ils comptent sur toi. Ta mere te rappelle à tout moment à quel point elle est fière de toi et tes tantes te répètent sans cesse de rester concentrée sur tes etudes. Alors tu mets un masque, tu n’as pas d’autre choix que d’aller bien. Apres tout, c’est toi qui a pris la décision de partir

La seconde partie à ce mal du pays, c’est « qu’est ce qui ce passe si il se passe quelque chose? ». Que ce soit une bonne ou une mauvaise nouvelle, il n’y a pas grand chose que tu puisses faire, alors tu restes là,  comme paralysée. Tu ne peux pas partager la nouvelle avec ceux autour de toi, ils ne comprendraient pas ta joie (ou ta tristesse). Comment tu expliques que tu ne veux parler à personne sous prétexte que ton pays s’est fait voler la coupe d’Europe, ou comment tu partages ta joie en apprenant que ta meilleure pote va commencer une nouvelle vie dans une nouvelle ville, et est prête a devenir une businesswoman internationales, ou que ton meilleur ami est sur le point de devenir le nouveau Idriss Elba, mais que tu peux pas fêter ça avec eux? Comment tu expliques ta joie/jalousie de voir tes amis et ta famille heureux ensemble/sans toi? Comment tu expliques à quel point ça te peine de voir tes neveux grandir à travers un écran, et la peur que tu as de ne devenir qu’une tante distante à leur yeux? Et quand ta meilleure amie te parle de tumeur, comment est ce que tu réagis, sachant que tu ne puisses rien faire, qu’attendre anxieusement? Comment tu parles de tout ça?

Je n’ai malheureusement pas trouvé de réponses à ces questions, et je ne suis pas sure que j’aurais un jour réponses à mes questions. J’ai pas vraiment de conseil à donner sur le coup lol. Mais partager tout ça avec le monde entier (lol personne ne lis mon blog en vrai), ça me fait du bien.

Tout ça pour dire, si tu ressens/a deja ressenti la meme chose, n’hésite pas à me contacter. Je suis peux être la pire en ce qui concerne l’expression de ses sentiments et emotions, mais je suis super douée pour être à l’écoute.

 

Bref c’est pas tout, mais j’ai un episode de breaking bad à finir moi.

 

votre blogueuse favorite,

gif-keyboard-16568363620838876549

Faty.

 

Laisser un commentaire