Vendredi 13

Vendredi 13 novembre 2015.Vendredi 13 novembre 2015. Vendredi 13 novembre 2015.Vendredi 13. Vendredi 13. Vendredi treize. Ce vendredi je me suis réveillée après avoir à peine dormi, encore une nuit passée à faire semblant de faire mes devoirs. Je me lève, je me fais belle, c’est vendredi!
En allant en cours de portugais, je m’arrête deux secondes devant le New York Times et je regarde la première page et je vois la date; Vendredi 13 novembre 2015. Je savais que c’étais vendredi, j’avais oublié que c’était vendredi 13. Je ris et je continue mon chemin. Ah si j’avais su…
On était vendredi, et c’était une raison suffisante pour être heureuse. J’étais heureuse, c’était vendredi. 18h27, heure d’Atlanta je reçois un e-mail TONIGHT’S PARIS ATTACKS UPDATES. Pardon? Mon coeur commence à battre un peu plus vite, j’ouvre l’e-mail un peu en panique et je tombe sur un lien menant à un discours de Francois Hollande « La France est en guerre » je l’entends dire. Quoi..? « Attaques terroristes à la plaine Saint Denis; Bataclan; République…. » République, mon frere traine souvent à République, putain. Je me connecte sur Facebook, le coeur lourd, les larmes aux yeux, ça fait 9 heures qu’il ne s’est pas connecté, je lui demande en vitesse « t’es à la maison?! » priant pour une réponse positive, faites qu’il ne soit pas sorti ce soir, faite qu’il ne soit pas sorti je répète… Il m’appelle quelques secondes plus tard, me rassure, me dit qu’il est à Nation et que tout va bien. La pression se relâche, je pleure après avoir entendu sa voix. Je me connecte sur Facebook et j’essaye d’avoir des nouvelles de tout le monde. J’envoi des messages, j’en reçois. J’arrive pas à y croire, c’est pas possible, pas Paris.

Le weekend passe, les cours reprennent, j’ai l’impression que c’est un rêve. Je suis si loin de tout, ça peut pas être réel, pas Paris, pas ma France. Je sais que c’est égoïste de penser comme ça, je sais que ça se passe partout dans le monde, tout les jours, mais j’arrive pas à accepter que ma ville ait été si vulnérable le temps d’un instant, j’arrive pas à croire que mes proches puissent être en danger à la maison. Pas à la maison.

amour-paris-rabii-rammal-large.jpg

Laisser un commentaire