How to go through hell (and survive), ou comment faire une demande d’admission à une université américaine.

Je sais du moins je l’espère que cet article va en intéresser plus d’un! ;)
Oui oui vous avez bien lu, admission=hell, l’enfer. Bon, d’accord, j’exagère un peu… mais vraiment rien qu’un tout petit peu….. bon okay beaucoup, mais avouez que mon titre est d’enfer!. Ce que j’essaye de dire c’est que ce n’est pas un long fleuve tranquille. RIEN A VOIR avec l’admission post bac en France, où on met ses vœux… et puis c’est tout. Aux États Unis, le processus d’admission se fait, pour la majeure partie des institutions, via deux gros site web; commonApp et universalApplication. À la manière d’APB, ils regroupent toutes vos informations pour être envoyées plus tard aux écoles de votre choix. Et quand je dis toutes vos informations, je veux vraiment dire toutes vos informations. Du nom de votre grande tante Suisse à celui du poisson rouge de votre neveu, en passant par vos premiers mots, tout y passe. Je rigole, bien sur, mais vous m’aurez comprise.
En effet vos bulletins sont importants, mais ils ne constituent pas LA partie la plus importante de votre dossier. Les notes ne deviennent que des chiffres; les écoles veulent en savoir plus sur VOUS. Car après tout, c’est vous qu’on admet, pas votre bulletin. Contrairement à l’admission post bac en France où vous ÊTES votre bulletin. Non, vraiment, ce qui importe aux écoles ici, c’est vous. Ainsi, on vous demande la profession de vos parents, si ils ont eu, ou pas une éducation post bac…. TRÈS IMPORTANT! Ceux dont les parents ont arreté les études plus tôt pour X ou Y raison, sont considérés comme first generation student , étudiants première génération, la version 1.0 de leur famille. Et c’est un bonus en quelque sorte parce que ça veut dire que contrairement à Pauline Dubois dont les parents se sont d’ailleurs rencontrés sur les bancs de l’université, vous ne savez rien de rien du processus d’admission, ni vous, ni personne de votre proche entourage. Vous êtes une minorité. Les first gen students sont donc aussi un bonus pour l’université question diversité.
En gros, tout compte, y compris, surtout, vos activités extra scolaires. Que vous faisiez du baby sitting, du bénévolat ou que vous soyez champion de France de Pétanque catégorie Junior; tout compte. Entre Jasmine qui a 19.999991 de moyenne générale et qui ne fait pas grand chose à part être une élève extrêmement modèle, et Ahmed, qui lui a 15,5 mais qui fait du foot en club et coach l’équipe des benjamins, c’est Ahmed qui marque plus de points. j’abuse un peu mais vous m’aurez compriseDONC DIVERSIFIEZ UN MAX VOS ACTIVITÉS INVOLE YOURSELF IN ANYTHING AND EVERYTHING! dans la mesure du possible of course, faudrait pas non plus que ça vous empêche d’être d’excellents élèves.
Après toutes ces informations vient l’essay général! Une rédaction de 500 mots sur des sujets qui diffèrent. On peut vous demander des trucs du genre racontez nous un
échec dans votre vie ou bien décrivez un moment marquant de votre vie que vous considérez avoir fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui ce que j’ai personnellement choisi ^_^. Cette rédaction sera vue par toutes les universités.
Mais en quoi est ce infernal vous demandez vous? *rire démoniaque* Et bien pensez vous qu’ils ne vont se contenter que d’une seule rédaction?! b*tch, please… C’est par écoles ensuite que vous devez écrire. La question la plus commune est « pourquoi nous? et pourquoi vous? ». Souvent on trouve aussi la fameuse « racontez nous quelque chose que vous pensez important pour vous » en gros ils veulent vraiment TOUT savoir sur vous, donc quoi que se soit que vous n’ayez pas dit autre part, dîtes le là.
Je dis que c’est infernal ça ne l’a pas été personnellement mais j’avoue quand même avoir un tit peu trimé parce que certaines écoles demandent jusqu’à 12 essays différents de 500 mots chacun et que pas grand monde aime écrire. De plus, ça peut s’avérer un exercice compliqué pour un lycéen français à qui on n’a jamais demandé son avis durant toute sa scolarité. 300 mots reste la moyenne tout de même. Ce qui est bien c’est qu’on peut faire du recyclage car les sujets sont souvent similaires.
Pour ce qui est du timing, le site commonapp ouvre en août donc remplissez la partie information le plus vite possible dès lors, ce sera ça de fait. Ensuite travaillez votre essay général, vraiment TRAVAILLEZ le. Et après, travaillez les rédactions supplémentaires en fonction des deadlines date limite d’envoi des applications de vos écoles. qui vont de mi-novembre à mi-févriergrand max, tout dépend du type d’application et de l’école.
TYPE D’APPLICATION?? Oui alors il y a trois manières de faire des demandes d’admission. Early DecisionRegular et Early Action. Les deux premières sont disponible dans toutes les institutions et la troisième est un peu moins commune. Regular comme son nom laisse à penser est le type lambda, sans close particulière et les deadlines pour celle ci vont du premier janvier au 15 février au grand maximum. Early Action, dont les deadlines sont vers octobre/novembre est un moyen de monter de l’intérêt en l’école car le plus tôt une application est envoyée plus ça prouve que vous êtes intéressés. Ce qui est bien avec ce type c’est qu’on a les réponses plus tôt raison pour laquelle j’en ai déjà reçu certaines et je suis toujours dans l’attente des autres. Enfin Early Decision c’est la même chose sauf que c’est vraiment si c’est L’UNIVERSITÉ dans laquelle vous voulez allez, celle là et pas une autre NO MATTER WHAT! Car ce type d’application vous oblige, si vous êtes reçu, à aller dans ladite université, et ce, même si vous devez vendre votre frère pour vous la financer.
Voilà les loulous, vous savez tout. Si je n’ai pas été bien claire, ou si quelque chose vous échappe, n’hésitez pas à m’en faire part!
Des bisous, pleins de bisous.
Tysha. ♥

Laisser un commentaire